Club de boxe célèbre teedup

L’histoire du club de boxe le plus célèbre du monde !

Peter Robert Gagliardi, un poids mouche devenu poids bantam, a changé son nom en Bobby Gleason afin de séduire le public new-yorkais majoritairement irlandais de l’époque et a ouvert les portes du gymnase en 1937. Les cotisations étaient de deux dollars par mois, et les temps étaient durs. Bobby ne pouvait pas faire face à ses dépenses, y compris le loyer de 50 dollars par mois, alors il faisait le taxi pendant 10 ou 12 heures par nuit.

Les choses se sont calmées après la dépression. Gleason’s a prospéré en même temps que la boxe dans les années 40 et 50, mais les années 60 ont fait des ravages. Le sport a décliné et deux de ses temples – le Stillman’s Gym et le Old Garden – ont disparu. Le Gleason’s est alors devenu le dernier vestige de l’âge d’or de la boxe à New York.

Le gymnase était situé dans le quartier « Hub » du Lower Bronx, au 434 Westchester Avenue, près de la 149e rue et de la 3e avenue. Les combattants de l’Est, de l’Ouest et du monde entier se rendaient à la double porte qui vous menait à un escalier et à un autre monde qui n’était pas vu par beaucoup de fans. Le gymnase était le plus grand de la ville. Il ressemblait à une vieille cave à charbon.

Il avait besoin d’un coup de peinture et les planchers en bois auraient pu être pris sur le Mayflower. Un aveugle avec le sens de l’odorat aurait su ce qui s’y passait. Le gymnase est devenu sinistrement silencieux quand la cloche suivante a sonné. Les hommes qui, une seconde auparavant, étaient en train de brutaliser des sacs lourds, se sont soudainement mis à marcher comme des zombies. Cela a duré une minute, jusqu’à ce que la cloche suivante retentisse et qu’ils reprennent leur rythme effréné.

Un équipement de champion disponible dans le club de boxe 

L’équipement complet de Bobby’s comprend quatre sacs lourds, six supports pour accrocher les sacs de vitesse (apportez les vôtres), beaucoup d’espace pour s’exercer avec des miroirs, des douches et des vestiaires propres, plusieurs rangées de sièges pour les spectateurs près d’un ring grandeur nature situé au centre de la salle. Les installations hygiéniques comprenaient deux douches et une toilette. Ces dernières étaient équipées d’une boîte à eau suspendue. Les douches avaient des problèmes de temps. En hiver, vous pouviez généralement obtenir assez d’eau par les vieux tuyaux pour prendre une douche. Mais en été, les enfants du quartier ouvraient les bouches d’incendie pour se rafraîchir et la pression baissait, l’eau n’arrivait pas jusqu’au deuxième étage. Le caractère se construit dans l’adversité.

Un panneau était accroché au mur du bureau en haut de l’escalier. On y lit : « Vos cotisations sont dues aujourd’hui. Si elles n’ont pas été payées, veuillez le faire et vous épargner l’embarras d’être demandé. Merci. La direction. »

Bobby Gleason n’était pas aussi mauvais qu’il le disait. Il était connu pour laisser filer des gars pendant des mois s’ils n’avaient pas l’argent. C’était un homme fougueux, bien habillé, avec des principes, une énergie énorme et le sens de l’humour.

En traversant le gymnase, on arrive à plusieurs grandes fenêtres de 2,5 mètres qui donnent sur Westchester Avenue. Là, un autre panneau était accroché au mur. En grosses lettres rouges, on pouvait lire : « Interdiction de fumer ou de cracher sur le sol. »

Par un après-midi normal et chargé, le gymnase était bondé. Tous les sacs de frappe sont en mouvement, et chaque centimètre carré du sol est utilisé pour la boxe en ombre ou la corde à sauter. Il y a au moins une heure et demie d’attente pour le ring (qui est attribué selon le principe du premier arrivé, premier servi).

Un club de boxe avec des boxeurs et des entraîneurs de renom 

Les entraîneurs, Patty Colovito, Freddie Brown, Chickie Ferrara et Charlie Galeta, pour n’en citer que quelques-uns, étaient là du matin au soir, six jours par semaine. À l’époque, un entraîneur pouvait bien gagner sa vie avec la boxe. À l’époque, il y avait beaucoup de clubs en activité et les boxeurs pouvaient obtenir tout le travail qu’ils voulaient.

Le gymnase a pris de l’ampleur au fur et à mesure que des héros locaux tels que Jake (The Bronx Bull) LaMotta, Mike Belloise, Phil Terranova et Jimmy Carter ont gravi les échelons pour remporter des titres mondiaux.

Bobby Gleason est l’entraîneur de Phil Terranova et le 16 août 1943, Terranova remporte le titre NBA des poids plumes à la Nouvelle-Orléans en mettant KO Jackie Callura au huitième round.

Mike Belloise avait déjà remporté le titre mondial des poids plumes et Jake LaMotta et Ray Robinson avaient tenu la distance au Madison Square Garden (Robinson W10 LaMotta) le 2 octobre 1942. Jimmy Carter, qui combattait pour la première fois en tant que poids plume, a fait match nul avec Sandy Saddler à Washington, D.C. en 1947. Puis le 25 mai 1951 à New York, Carter a mis Ike Williams par KO au 14ème round. À ce moment-là, le Gleason’s Gym était en feu, car sa réputation de produire des concurrents et des champions de haut niveau se répandait.

Deux ans plus tôt, le 16 juin 1949, LaMotta a arrêté Marcel Cerdan au Briggs Stadium de Detroit pour remporter le titre mondial des poids moyens.

Un autre boxeur formé au Gleason’s Gym, Carlos Ortiz, est soudainement devenu un facteur important dans le monde de la boxe et le 12 juin 1959, il met KO Kenny Lane à New York pour remporter le titre mondial des poids welters juniors.

Puis vint Benny (Kid) Paret. À 23 ans, il a remporté le titre mondial des poids welters par décision unanime contre Don Jordan le 27 mai 1960 à Las Vegas. Il s’est battu à trois reprises contre Emile Griffith, le dernier combat, le 3 avril 1962, ayant conduit à sa mort. Benny (Kid) Paret était un combattant du Gleason’s Gym.

Muhammad Ali, alors Cassius Clay, s’entraîne pour la première fois avec Sonny Liston (25 février 1964) au Gleason’s Gym. Dans l’une des plus grandes surprises du vingtième siècle, il remporte le titre mondial des poids lourds lorsque l’impopulaire Liston ne répond pas à la cloche du septième round.

Le Gleason’s Gym n’était pas seulement un atelier de misère, mais aussi un plateau de tournage. Des dizaines de publicités et des centaines de prises de vue ont été réalisées sur le site d’origine. Parfois, une grosse production obligeait le gymnase à fermer pour une journée et il ressemblait davantage à l’arrière-cour de la MGM qu’à un centre de combat. Les agences de publicité n’arrivaient pas à croire qu’un tel endroit existait encore au début des années 70. Ils sont tombés amoureux de l’endroit.

Lorsque Bobby Gleason a construit le gymnase, le quartier du Bronx était composé d’Allemands, d’Irlandais et d’Italiens. De l’autre côté de la rue se trouvait le Royal Theater où des stars comme Sophie Tucker se produisaient lorsque le vaudeville était encore vivant. En bas de la rue, au Central Theater, on pouvait voir trois films et obtenir une barre de bonbons pour dix cents. L’Opéra du Bronx, sur la 149e rue, régnait majestueusement sur tout le quartier.

En 1974, à l’âge de 82 ans, Bobby Gleason a arraché ses racines après 37 ans et s’est installé à Manhattan. Le nouveau gymnase au 252 W 30th Street était le premier gymnase au niveau de la rue à New York. Il avait une mezzanine en forme de L, beaucoup de pièces et une peinture fraîche. Bobby dirige le nouveau gymnase aussi bien que l’ancien, et continue d’avoir le meilleur gymnase de combat de New York.

Le gymnase dispose d’un énorme vestiaire et d’une douche moderne à quatre têtes au sous-sol. Au premier étage, il y avait deux anneaux d’entraînement, six sacs lourds et plusieurs supports de sacs de vitesse. Il y avait des salles séparées avec des miroirs pour la corde à sauter et le shadow boxing. La mezzanine abritait plusieurs bureaux, une salle de conférence et une cantine. L’endroit est toujours rempli de spectateurs qui observent les boxeurs qui s’entraînent en bas.

Les meilleurs des meilleurs

L’une des principales raisons du succès de Gleason est la présence des meilleurs entraîneurs du sport. Deux des plus grands manieurs que le sport ait jamais connus, Whitey Bimstein et Freddy Brown, ont déménagé avec le gymnase du Bronx à Manhattan. D’autres professeurs-conditionneurs dévoués et engagés à former de grands combattants étaient Victor Valle, Mike Capriano, Bobby McQuiller, Rocky Davis et Sammy Morgan.

Jake LaMotta est probablement l’un des plus célèbres champions entraînés par Gleason. Roberto Duran le suit de près. Le surhomme panaméen a remporté trois titres mondiaux en utilisant le Gleason’s Gym comme base d’entraînement. Il a été entraîné par Ray Arcel et Freddy Brown. Quand Duran était à Gleason’s, le reste de New York l’était aussi. Il arrive que la rue doive être bloquée pour accueillir tous ses fans.

Parmi les autres champions du monde qui ont fait du Gleason’s leur maison loin de chez eux sur la 30th Street, citons Vito Antuofermo, Eddie Mustafa Muhammad, Saoul Mamby, Wilfred Benitez, Pipino Cuevas, Billy Costello, Mike McCallum, Hector Camacho, Livingstone Bramble, Julio Cesar Chavez, Jose Luis Ramirez, Edwin Rosario et Eusebio Pedroza. Larry Holmes, Michael Spinks, Thomas Hearns, Milton McCrory et Barry McGuigan font partie des champions qui se sont entraînés au Gleason’s même si leur base d’opération était ailleurs.

Lorsque Gerry Cooney est devenu professionnel en 1977, il a fait de Gleason’s sa maison d’entraînement. « Gentleman Gerry » est devenu très populaire auprès des combattants et sa base de fans était similaire à celle de Duran.

En février 1981, Gleason’s a été vendu à l’homme d’affaires new-yorkais Ira Becker, un ami de longue date de la boxe et un fervent défenseur de la sécurité de la boxe et des règles d’uniformité. Sous sa direction, le nombre de membres de Gleason’s a triplé et sous sa forte direction, la grande tradition de Gleason’s est restée complète.

L’emplacement de Manhattan a continué à attirer les scénaristes d’Hollywood et les agences de publicité. De nombreux longs métrages tels que Midnight Run, The 10 Count, Heart, Rage of Angles et Raging Bull ont été tournés au gymnase. Des acteurs comme Robert DeNiro et Wesley Snipes se sont entraînés au gymnase pour se préparer à leurs rôles au cinéma. De nombreuses sitcoms, des shootings de mode et même des fêtes d’entreprise ont eu lieu au gymnase.

La boxe féminine au Gleason’s Gym

Histoire

Les femmes font partie de Gleason’s Gym depuis 1983. Ce qui a commencé comme un projet difficile en essayant de convaincre l’un des propriétaires originaux du gymnase, Ira Becker, qu’il devrait envisager de permettre aux femmes de s’entraîner dans son gymnase, est devenu un peu plus facile quand il a été persuadé que l’argent d’une femme allait dans le compte bancaire de Gleason’s aussi facilement que celui d’un homme.

Ira a autorisé Bruce Silverglade à fermer le gymnase plus tôt deux soirs par semaine pour permettre aux femmes de s’entraîner. C’était le seul moyen d’accueillir les femmes dans notre espace de Manhattan, qui ne comportait qu’une douche et un vestiaire. Lors du déménagement à Brooklyn en 1987, le programme féminin du Gleason’s Gym s’est avéré si populaire qu’il a reçu ses propres vestiaires.

Nous entraînons maintenant plus de 400 femmes. Ces femmes se sont avérées être aussi bonnes que les hommes. Elles s’entraînent dur et sont dévouées à la séance d’entraînement. Lorsqu’une femme entre dans la salle de sport, elle n’a pas de mauvaises habitudes préconçues. Elle est ouverte à l’entraînement et à l’instruction depuis le sol jusqu’au sommet. Les hommes pensent toujours qu’ils savent comment se battre parce qu’ils sont des hommes.

Entraînement

Un grand pourcentage de nos membres féminins n’a aucun désir de faire de la compétition à un niveau amateur ou professionnel. L’entraînement de boxe donne un entraînement incroyable, même pour celles qui ne frappent jamais une autre personne et ne sont jamais frappées en retour !

Pendant votre entraînement chez Gleason’s Gym, vous utiliserez une combinaison d’exercices pour développer votre forme cardio-vasculaire, votre force, votre rapidité et votre agilité. La stimulation mentale est assurée par l’exposition à de nouvelles techniques qui, à leur tour, permettent d’évacuer le stress, vous apprennent à surmonter la fatigue, et vous donnent l’exaltation et la dureté du combat. Les boxeurs développent un physique maigre et peu gras, un peu comme un danseur ou un coureur de fond.

La célèbre danseuse Twyla Tharp s’est entraînée au Gleason’s Gym lorsqu’elle était à Broadway. Twyla a chorégraphié une grande partie de sa production en se basant sur ce qu’elle a appris sur le ring. D’autres femmes ont été inspirées d’une autre manière par leurs expériences au Gleason’s Gym. Karyn Kusama a conçu l’idée de son film primé, « Girlfight », alors qu’elle s’entraînait au gymnase. La star du film, Michelle Rodriguez, a été entraînée par Gleason’s pour son rôle. « Shadowboxers », un documentaire élégant qui met en lumière la célèbre combattante professionnelle Lucia Rijker, a été réalisé et produit par Katya Bankowsky, l’un des principaux membres féminins de Gleason.

Kate Sekules, une journaliste britannique, et également l’une de nos « premières dames », a combattu professionnellement et a publié ses mémoires « The Boxer’s Heart : How I Learned to Love the Ring » (Le cœur d’un boxeur : comment j’ai appris à aimer le ring), publié dans le monde entier et salué par la critique.

N’oubliez pas de télécharger notre application de sport gratuite TeedUp

 

Disponible sur l’App Store

Disponible sur le PlayStore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.